Lexique - Glossaire (de plus en plus tout à fait personnel)

Merci de me citer en cas d'utilisation,
et usez de méfiance et vérifications externes
si vous n'avez pas une adhésion complète à la définition donnée...


Axiomatique : Système des vérités premières indémontrables, et plus précisément celles mathémathiques, comme l'unité, le point, la droite… Ces vérités ont été attaquées et discutées au cours du XXème siècle, à mesure que les maths voulaient prendre une prépondérance explicative. Mais le statut des axiomes n'est plus aujourd'hui très controversé, sauf par les spécialistes qui ont épuisé leur capacité d'ébranlement (les ébranleurs se sont réfugiés dans les théories autour des quantas). Pour une bonne approche de l'histoire de ces controverses, on se référera au best-seller en Bande Dessinée Logicomix, sur la vie de Bertrand Russell et la quête des fondements mathématiques. L'ouvrage de Blanché, l'Axiomatique, reste la référence sérieuse sur la question.

Bonheur : Merci à Hemingway, grand chasseur, qui disait à propos de la chasse à l'Orignal (et au Tarpon) : « le bonheur est dans la poursuite ». Comme Montherlant, Hemingway se déboucha le nez à coup de fusil le jour où il sut que le crabe le poursuivait. Comme Montherlant, Hemingway allait aussi sombrer dans la cécité. Les japonais indiquent que le bonheur résulte du travail bien fait, et de la satisfaction qui résulte donc d'avoir employé son Dasein et ses donc au meilleur du potentiel. On se demande pourquoi il faut aller chercher aussi loin que chez les Japonais une définition aussi pertinente, convenable, sensée, et apparemment vraie de bout en bout.

Création : Ancien mot chrétien pour désigner l'Univers matériel, étendu par l'Espace et animé par le  Temps. Quantité de cultures ont essayé de répondre à la question qu'on peut poser : « Et avant, il y avait quoi ? Comment est-ce que tout le Tangible a commencé ? »... Les réponses données pour le début de la Création incluent les raisons qui sont des causes qui développeront des conséquences. En fonction de quoi, l'explication d'une Cosmogonie par un Mythe se double en général d'une explication (tout aussi mythique) de ce qui se passera à la Fin des Temps. Le monde peut aussi avoir été créé par un Agent, ou Cause première. Divers pré-socratiques ont proposé un des quatre principes des éléments (Air, Eau, Terre, Feu, ou Conscience, Amour, Vie, Lumière) comme Agent premier. Au lieu de développer ces concepts ici, je soulignerai que de rares conceptions admettent qu'il n'y a pas eu de création.

Dasein : Le "ici et maintenant" exprimé par un mot allemand comportant moins de lettres. Le Dasein serait la traduction de l'ex-istant, c'est à dire la tenue en dehors de l'Etre qui caractérise tout ex-istant, c'est à dire chose décollée de l'Être. Toute chose est ainsi plus ou moins dégagée de l'Etre, ou source de manifestation la plus dynamique. Par exemple, en ce qui concerne les mots, les adjectifs comptent moins d'être que les noms, qui en contiennent moins que les verbes, lesquels comptent un verbe roi : le verbe être.
On notera les possibles correspondances et prolongations alchimiques de ces concepts ontologiques, repris par Heidegger mais formalisés par les grecs comme base de la logique avant même
la logique (et donc avant le monothéisme classique). A noter exactement que dans un cénacle heideggerien on rencontrera parfois ces concepts écrits ek-sistant ou ek-sister, ce qui n'a aucune importance : on parle de la même chose, l'orthographe modifiée est une affectation jargonnante.
Les heideggeriens souligneront aussi que le Dasein est non seulement un “Etre là” mais aussi un “Etre le là”, ce qui fait passer le jargon par la filière de l'absurde, à moins que par une intuition
les dépassant probablement, ils spécifient l'absence de distinction entre sujet et objet (ce n'est pas documenté, donc c'est sans doute une vaine affectation...)...

Densification : production de manifestations physiques denses. On a pu analyser des restes physiques d'ectoplasmes, des pièces d'ovnis, les tiges pliées de crop-circles, dont l'étrangeté est le seul indice manifeste subsistant d'un phénomène échappant aux classifications habituellement satisfaisantes.

Deuil : Les étapes du Deuil (ou de tout événement de perte dramatique) selon Elisabeth Kubler-Ross (1926-2004) sont : Déni, Colère, Marchandage, Depression, Acceptation. Ces étapes ne sont pas toutes vécues, ni dans cet ordre, ni selon la liste complète, mais la personne rencontrant le deuil ou la perte en vivra au moins deux.

Dieu : ce mot recouvre plusieurs  acceptions ;

(entité) : Historiquement, dans l'antiquité, et encore aujourd'hui pour beaucoup de cultures survivantes, un dieu est une Puissance, ce qu'il ne faut pas confondre avec un Archétype. Car
un archétype est un principe, d'où il découle que le Dieu est mobile, bien que célébré en un lieu fixe, alors que l'archétype est résident, mais partout accessible, et ne nécessite pas (par tradition) des prières, des respect et des hommages.
     Par sa possibilité de projection, un dieu peut de lui-même envahir (on dira adombrer en cas de dieu à intention positive, posséder en cas de dieu à intention négative) un individu, généralement à cause de conditions sympathiques, ou d'un terrain favorable (devenu assez éclairé). Les dieux sont à la base des esprits des lieux, mais ils ont été, par des cultes, souvent augmentés pour devenir des formes-pensées délocalisées et parfois fort puissantes (exemple : Jésus, ou le Diable). Ainsi, le Zeus d'Ephèse, quoi qu'on en dise, n'était pas le Zeus de Thèbes, mais par syncrétisme, ils auraient pu être fondus et confondus, si une reformation majeure ne les avait pas encore davantage unifiés (le monothéisme). Par exemple, Eros est le dieu de l'Amour, mais aussi de l'Attraction Universelle...
     Ainsi, Apollon est le dieu de la Lumière, mais aussi de la vue, puisque (selon les conceptions antiques !) l'œil doit émettre un rayon qui, s'arrêtant, renseigne de la distance à laquelle se situe un objet (comme quoi les Grecs avaient inventé le radar, tout en concevant une merveilleuse théorie de la vision). Tout esprit puissant devient un dieu. Tout amas de matière assez important et distinct dégage un esprit fort. Toute intention, focalisée, augmentée et animée par un égrégore, peut devenir une forme-pensée qui est directement un esprit de la taille d'un dieu, créé par l'intention et capable à son tour de tentation (magnétisme).

(milieu) : Plutôt que de parler de phénomène à propos de la manifestion improbable et im-prouvée d'un Dieu “réellement unique” (il n'existe que des hénothéisme), les Théologiens
après Teilhard de Chardin ont voulu parler de “milieu divin”. Comme à propos du milieu du gangstérisme, on parle ici d'un champ réservé, accessibles aux seuls "séparés" (Saints, traduction littérale du grec séparé, "hagios"). Bien entendu, il n'y a qu'un seul milieu divin, donc un seul Dieu.
     On fonctionne alors comme si il était soutenu et admissible ceci : qu'il n'y a qu'un seul nuage autour de la Planète Terre. Eh oui, après tout vous savez, les nuages c'est de l'humidité atmosphérique, et ça y'en a partout
     Enfin, une dernière fureur théologique, au bout de la course du curseur de la confiscation de tous les sens par un monotheisme avide de confisquer tous les sens et prérogatives du Monde Invisible, soutient ces dernières années que le monothéisme, cette gigantesque erreur intellectuelle, cette construction incroyable, élucubrées sur des cultes antiques eux-mêmes coupés de leurs racines chamaniques, ce truc, donc, a toujours existé en prémisses dans la pensée et les cultes humains... Autrement dit, dès qu'un géomètre, un matheux, un comptable, utilisait le nombre Un, il rendait (et rendrait) grâce et hommage au monothéisme !

(phénomène) : Phénomène devenu unifié, donc monique, de nature à la fois ionique, minérale, vététale et animale. Sens du sens. Suppose un médiateur pour effectuer un truchement
ou des traductions : Jésus, ou Notre Prophète Mohamed, ou l'ancien médiateur pendant 4000 ans : Mithra.

(self) : De plus en plus, il apparaît, avec les données transpersonnelles, que l'infini Océan de Lumière, de Conscience, de Vie et d'Amour (c'est la même chose, voir mes ouvrages) n'est
pas loin du tout : il infuse et perfuse à travers notre petit “moi”. En fait, une méditation poussée sur “Nous-même” nous amenant dans des registres mystiques assimilables aux expériences du divin, nous aurions pu nous en douter ? Restera alors une dernière question : « Si Dieu est la conscience et in fine toutes les consciences, que sommes-nous, individuellement ? » La réponse est simple, vous la connaissez : nous sommes la petite entité décollée du grand fond, et responsable de son petit atome karmique... Je développerai (...)

Ego : Quelqu'un qui vous parle de l'ego veut généralement vous insulter en vous traitant simplement d'égoïste, parce que vous contrariez son avidité. Jadunath Sinha, grand philosophe hindouiste (et dont l'épouse fit une NDE/EMI) expliquait : « Nous revenons nous incarner parce que nous voulons connaître Le Plaisir, La Douleur et L'Ego. »

Elan : Onguligrade (Alces Machlis), gros cerf à mufle velu (du grec Elaphos, cerf). Orignal en Kanadien. La raclure des sabots (ou pinces) était employée contre l'épilepsie.

Falsifiabilité ou réfutabilité : Possibilité de présenter une réfutation à ce qui est proposé. Les couples proposition/réfutation font progresser la démarche hypotético-déductive par la réception d'hypothèses à vérifier (on sait que la théorie hypothético-déductive ne traite pas de la génèse de l'hypothèse, mais de sa vérification).

Humilite :Sentiment aussi pénetrant que l'humidité, mais frappant à la tête alors que le rhume entre par les pieds (puis le nez). L'humilité est une disposition appliquée à soi-même à discrétion et en discrétion. Les avides voudront vous la voler, vous pensant dépressif, donc abusable. Personne ne peut vous imposer l'humilité, surtout pas un guru (le mot Guru signifie"Directeur Spirituel”). Si un guru essaye, déposez le seau, déposez le bois, arrêtez de chercher de l'eau et de couper du bois, et frappez le guru de toutes vos forces, afin d'encourager le démon qui lui plait tant à ressentir un avant goût de ce que le Seigneur de l'Iniquité lui donnera en gage de dernière trahison.

Ici et maintenant : Cadre des paradigmes, qui sont des schémas explicatifs pré-conçus d'ordonnancement du monde. Le ici et maintenant est cependant personnel, individuel, structure la normalité, la cohérence d'un esprit. La dissonance cognitive exprime et explique un trouble classique du ici et maintenant.
Aussi : Radio Libre depuis 1980, sur 95,2 Fm. Cette radio culturelle propose -entre autres- des émissions sur les ovnis. A noter qu'elle fut l'une des premières radios libres, en pré-mouvance de la vague rose qui allait enterrer 20 ans de règne de la Majorité Gaullo-pompidolienne.

Ingénieur d'application : L'ingénieur d'application est le technicien qui traduit les données récoltées par l'ingénieur de recherche. C'est grâce à lui que des faits théoriques sont ensuite exploités dans des mécanismes ou appareils techniques.

Logos : A entendre parfois comme "raison manipulatoire", ou même "capacité d'opérations sur thèse-antithèse-synthèse", soit sa pure fonctionnalité logique universelle. Ce mot est ici à prendre, non pas dans ses sens historiques ou même gnostiques, mais simplement comme synonyme de Raison, terme ambigu qui n'aurait signifié ni Conscience, ni Rationalité, mais qui aurait pu être pris dans maints sens encore plus connotés.

Lumière : Rappelons (à toutes fins utiles !) que la formule “Au commencement était le verbe” est au début de l'Evangile de Jean et non de la Genèse. De plus, Dieu ne créa la lumière, “Fiat lux”, qu'après avoir créé le ciel et la terre. Comprendre la Genèse, c'est aussi se souvenir que la Palestine était située entre Mésopotamie et Egypte, et qu'il faut comprendre les cosmogonies et les mythes de ces deux foyers culturels (qui communiquaient) pour en comprendre davantage. Par exemple, Caïn et Abel étaient probablement jumeaux (Gémeaux).
Certaines théories avancent que dans la nuit et le jour du premier jour (le jour commence le soir –c'est comme ça), Dieu continuait à jouer avec les nombres autour de lui, comme il l'avait fait dans le plérôme, avant, sachant que les nombres sont aussi des lettres. Une autre théorie énonce que la première étincelle est née toute seule au milieu des ténèbres, une fois, comme ça.

Parachronologique : Séquences qui ne sont pas a-chronologiques, mais organisées selon un fil de coûture, par manifestation puis sommeil des événements, et récurences ou boucles éventuellement, jusqu'à ce qu'une résolution de la séquence donne un exposé du plan total des événements manifestés. Exemple : la conduite de généraux sur un théâtre d'opération peut être parachronologique. Autre exemple : le jeu d'échec. La parachronologie est ce qui différencie le stratégique du tactique.

Polymetis et Polymecanos : Termes utilisés par Homère pour caractériser l'inventivité d'Ulysse, et généralement mal rendus par le qualificatif rusé. La métis est plus que la forme ou l'apparence, le mecanos est plus que la Tekhné (le principe de l'artisanat).

Résonance : Mot anglais (en français ça prend deux n, bien entendu) mis à toutes les sauces pour expliquer des coincidences. L'ennui, c'est qu'il n'y a pas de Lois décrivant le phénomène, et que parfois, dans les conditions données ressemblant à celles où il y a de la résonance, eh bien il n'y en a pas.

Sémiologie : Science de l'étude des sens des signes. Alan Kardec, bien avant Saussure, parlait de Sématologie. La sémiologique pratique se nomme sémiotique, et s'occupe des codes, signalétiques, réthoriques, ou même de la communication animale.

Téléologie : étude des conditions visant vers une finalité. La supposition qu'il existerait des finalités cachées mène  au finalisme, théorie suspectant des conditions premières gouvernant et attendant des résolutions dernières. La théorisation de tels systèmes constitue pour la connaissance des conditions premières, une cosmogonie, et pour la connaissance des fins dernières, une eschatologie.